KMKG

 

Carmentis

Résultat

Cercueil de Henou
  • CollectionCollection Égypte
  • Numéro d'inventaireE.03035
  • Nom de l'objetCercueil
  • TitreCercueil de Henou
  • CultureÉgyptienne
  • GéographieLieu de production: Égypte (Afrique > Afrique septentrionale)
    Lieu de découverte: Assiout (Lycopolis) (Afrique > Afrique septentrionale > Égypte > Haute-Égypte (région) > Assiout (gouvernorat))
  • Datation-2064 / -1797
  • PériodeXIIème dynastie (Égypte > Moyen Empire)
  • MatièreBois (Végétal)
  • TechniquePeinture (bois) (Bois > Décor et finition)
  • DimensionsLongueur: 183 cm, Largeur: 44 cm, Hauteur: 40 cm
  • PropriétaireMusées Royaux d'Art et d'Histoire / Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis
  • Commande de photos
Description
Plus d’images

Cercueil de Henou
Bois peint
Moyen Empire (vers 2064-1797 av. J.-C.)
Assiout


Le fond et le couvercle du cercueil de Henou sont aujourd’hui perdus. Son décor est très sobre. Sur un des longs côtés apparaissent les yeux oudjat, lieu de passage magique entre le monde des vivants et celui des morts, qui permettent au défunt, allongé sur son flanc gauche, de regarder vers le soleil levant. Sur les petits côtés sont représentés les quatre fils d’Horus, gardiens des viscères : Amset et Hâpy du côté de la tête, Qebehsenouf et Douamoutef du côté des pieds.
Chaque long côté est surmonté d’une formule d’offrandes adressée à Osiris et Anubis en faveur du « bienheureux » Henou. En dessous, les inscriptions le qualifient à nouveau de « bienheureux » auprès d’ Osiris, Isis, Ptah, mais aussi de Renenoutet, déesse des moissons et de Sekhet, personnification de la campagne et des champs. Grâce à la présence de ces deux déesses, le défunt est pourvu en offrandes pour l’éternité.


Le cercueil de Henou provient des fouilles de l’archéologue britannique D.G. Hogarth dans la nécropole d’Assiout, en Moyenne Égypte, en 1906-1907. Ces fouilles ont mis au jour des dizaines de tombes du Moyen Empire, parfois intactes, dont le contenu a été partagé entre le Musée du Caire et le British Museum de Londres. Notre cercueil a été acheté pour le Musée par le baron É. Empain, probablement au Musée du Caire qui, au début du XXe siècle, disposait de sa propre salle de vente !