KMKG

 

Carmentis

Résultat

Cercueil à plastron de Men
  • CollectionCollection Égypte
  • Numéro d'inventaireE.04348
  • Nom de l'objetCercueil
  • TitreCercueil à plastron de Men
  • CultureÉgyptienne
  • GéographieLieu de production: Égypte (Afrique > Afrique septentrionale)
    Lieu de découverte: Tell el-Yahudiya (Afrique > Afrique septentrionale > Égypte > Basse-Égypte (région) > Ash Sharqiyah (gouvernorat))
  • Datation-1543 / -1292 (incertaine)
  • PériodeXVIIIème dynastie (Égypte > Nouvel Empire)
  • MatièreCéramique (Terre > Argile)
  • TechniquePeinture (Techniques Générales)
  • DimensionsLongueur: 182 cm, Largeur: 70 cm
  • PropriétaireMusées Royaux d'Art et d'Histoire / Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis
  • Commande de photos
Description
Objets reliés
Plus d’images

Cercueil à plastron de Men
Terre cuite peinte
Nouvel Empire, probablement 18e dynastie (vers 1543-1292 av. J.-C.)
Tell el-Yahoudiyeh, tombe 411


Ce cercueil en terre cuite de Men est sans conteste le plus beau de ceux que possède le Musée de Bruxelles. Il est muni d’un plastron amovible dans sa partie supérieure, permettant d’y insérer le corps du défunt lors des funérailles. Ce plastron prend la forme d’un visage peint en rouge encadré d’une perruque tripartite et souligné d’une petite barbe recourbée sous laquelle prend place la poignée. Le cercueil proprement dit, réalisé en une seule pièce, est cylindrique. Sur les parois extérieures de la cuve, les lignes d'inscriptions délimitent des surfaces dans lesquelles prennent place différentes divinités funéraires qui apportent une protection magique au défunt et lui permettent de survivre dans l’Au-delà : Isis et Nephtys encadrent le visage du défunt. Viennent ensuite les deux grands yeux oudjat et le dieu Anubis entouré des quatre fils d’Horus. A l’extrémité de la cuve, apparait une figure de Nephtys debout sur le signe neb, les bras levés vers le ciel. Les inscriptions hiéroglyphiques sont les traditionnelles formules d’offrandes en faveur du défunt ainsi que des incantations magiques destinées aux divinités funéraires.


Ce cercueil fut découvert en 1905, lors des fouilles de William M. Petrie dans la nécropole de Tell el-Yahoudiyeh, à une trentaine de kilomètres au nord du Caire. Plusieurs pièces de mobilier funéraire furent retrouvées dans la tombe, dont trois languettes d’ivoire incisées, probablement destinées à servir d’appliques pour un coffret et qui sont également en possession du Musée (E.5047).