KMKG

 

Carmentis

Résultat

Cercueil rectangulaire avec couvercle de Tarkhan
  • CollectionCollection Égypte
  • Numéro d'inventaireE.05033
  • Nom de l'objetCercueil
  • TitreCercueil rectangulaire avec couvercle de Tarkhan
  • CultureÉgyptienne
  • GéographieLieu de production: Égypte (Afrique > Afrique septentrionale)
    Lieu de découverte: Kafr Ammar (Afrique > Afrique septentrionale > Égypte > Haute-Égypte (région) > Giza (gouvernorat))
    Lieu de découverte: Kafr Tarkhan al Gharbi (Afrique > Afrique septentrionale > Égypte > Haute-Égypte (région) > Giza (gouvernorat))
  • Datationca. -2700 / -2200
  • PériodeAncien Empire (Égypte)
  • MatièreÉrable Sycomore (Acer pseudoplatanus) (Végétal > Bois > Bois feuillu > Érable (Acer sp.))
    Stuc (Matière manufacturée > Minéral > Plâtre)
  • DimensionsLongueur: 186 cm, Largeur: 42 cm, Hauteur: 53 cm
  • PropriétaireMusées Royaux d'Art et d'Histoire / Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis
  • Commande de photos
Description

Cercueil rectangulaire avec couvercle de Tarkhan
Bois (sycomore) et traces de stuc blanc
Ancien Empire (vers 2700-2200 av. J.-C.)
Tarkhan/ Kafr Ammar, tombe 286


Ce cercueil de l’Ancien Empire (6e dynastie) fut découvert avec un autre exemplaire similaire. Les planches en bois de sycomore qui le constituent ont une épaisseur variant entre 5 et 7 cm et sont par conséquent particulièrement lourdes. Trois traverses ont été prévues sous le couvercle pour l’empêcher de glisser. Il est, en outre, maintenu à la cuve par des tenons. L’intérieur du cercueil est entièrement recouvert d’un enduit de stuc peint en blanc. À l’extérieur, la couche de plâtre se limite à des bandes d’environ 10 cm de large longeant les jointures entre les planches irrégulières et probablement destinées à combler les vides. On ne sait rien du squelette que contenait le cercueil.


Il se peut que Tarkhan ait été la nécropole d’une ancienne résidence royale qui perdit en importance lorsque Memphis devint officiellement capitale de l’Égypte, au moment de la formation de l’État. Après la 1e dynastie, elle n’était sans doute plus qu’une petite ville provinciale de second rang. La plupart des tombes remontent aux périodes prédynastique et protodynastique. Certaines (comme celle contenant ce cercueil) sont plus récentes et datent de l’Ancien Empire jusqu’à l’époque ptolémaïque et romaine. Elles sont regroupées sous le toponyme de Kafr Ammar.