KMKG

 

Carmentis

Résultat

Fragment de couvercle de sarcophage de la dame Taredet
  • CollectionCollection Égypte
  • Numéro d'inventaireE.05282
  • Nom de l'objetSarcophage
  • TitreFragment de couvercle de sarcophage de la dame Taredet
  • CultureÉgyptienne
  • GéographieLieu de production: Égypte (Afrique > Afrique septentrionale)
  • Datation-332 / -30
  • PériodePériode ptolémaïque (Égypte > Période gréco-romaine)
  • MatièreBasalte (Pierre)
  • DimensionsLongueur: 102 cm, Largeur: 45 cm, Hauteur: 6,3 cm
  • PropriétaireMusées Royaux d'Art et d'Histoire / Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis
  • Commande de photos
Description
Plus d’images

Fragment de couvercle de sarcophage de la dame Taredet
Basalte
Époque ptolémaïque (332-30 av. J.-C.)
Provenance inconnue


Ce fragment convexe d’un sarcophage en basalte datant de la période ptolémaïque couvrait le bas du corps et les jambes de la défunte Taredet. Le texte s’adresse aux dieux et aux défunts dans l’Au-delà. Il leur est demandé d’accueillir la morte parmi eux, d’assurer l’intégrité de sa personne et de veiller sur elle : « veuillez protéger l’Osiris Taredet, justifiée ! », répètent les textes. Les hiéroglyphes qui accompagnent les divinités de l’Au-delà promettent à la défunte que celles-ci lui seront favorables. Ainsi, un des dieux qui offre un couteau à Taredet affirme : « Ton mal est chassé, de sorte que tu reviens rajeunie. »

L’écriture ptolémaïque se distingue par l’utilisation d’un nombre croissant de hiéroglyphes, qui, par ailleurs, peuvent se lire de multiples manières. Il s’agissait probablement pour les scribes de rendre leurs textes peu accessibles à l’occupant grec. La colonne d’inscriptions centrale du sarcophage est d’une construction particulièrement ingénieuse et esthétique. Deux textes différents y sont mélangés, la colonne centrale devant donc se lire deux fois.


En 1855 et en 1862-1863, le futur roi des Belges Léopold II fit deux voyages en Égypte. Il en rapporta un grand nombre d’objets égyptiens, parmi lesquels ce fragment de sarcophage, qui rejoignirent plus tard la collection des Musées royaux d’Art et d’Histoire.