KMKG

 

Carmentis

Résultat

Cercueil intérieur d'une dame anonyme
  • CollectionCollection Égypte
  • Numéro d'inventaireE.05881
  • Nom de l'objetCercueil
  • TitreCercueil intérieur d'une dame anonyme
  • CultureÉgyptienne
  • GéographieLieu de production: Égypte (Afrique > Afrique septentrionale)
    Lieu de découverte: Dayr al-Bahri (Afrique > Afrique septentrionale > Égypte > Haute-Égypte (région) > Qina (gouvernorat))
  • Datation-1069 / -945
  • PériodeXXIème dynastie (Égypte > Troisième période intermédiaire)
  • MatièreBois (Végétal)
  • TechniquePeinture sur stuc (Techniques Générales > Peinture)
  • DimensionsLongueur: 183 cm, Largeur: 67 cm, Hauteur: 53 cm
  • PropriétaireMusées Royaux d'Art et d'Histoire / Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis
  • Commande de photos
Description
Plus d’images

Cercueil intérieur d’une dame anonyme
Bois stuqué et peint
Troisième Période Intermédiaire, 21e dynastie (vers 1069-945 av. J.-C.)
Deuxième Cachette de Deir el-Bahari (Bab el-Gasous)


Il se pourrait que la cuve et le couvercle de ce cercueil n’aient pas été destinés l’un à l’autre. Le couvercle est clairement celui d’ une femme (les ornements d’oreilles, les seins, les mains, la couleur de peau claire etc.) tandis que les scènes de la cuve semblent destinées à un défunt masculin (dont l’épouse se lamente devant la tombe). Le décor soigné de la cuve contraste également avec la finition rudimentaire des scènes du couvercle.

Une paroi entière du cercueil est consacrée au cortège funèbre du défunt. Le récit commence à droite dans le registre supérieur avec les pleureuses et les porteuses d’offrandes. Viennent ensuite des bœufs tachetés, en route vers la tombe, tirant sur le sable un traîneau porteur du cercueil. Quatre prêtres accompagnent le cortège. Les prêtres funéraires se reconnaissent à leur traditionnelle peau de panthère. Dans le registre inférieur, le cercueil est représenté dressé devant la tombe (une construction au toit pyramidal). La vache Hathor (maîtresse de la nécropole thébaine) assiste à la scène. Une femme pleure le mort pendant que les prêtres procèdent à une libation. Tandis qu’un second groupe de pleureuses exprime sa tristesse, de nombreuses offrandes sont acheminées.


Une des pleureuses du registre inférieur est exceptionnellement peinte de face. Dans l’art égyptien, c’est une manière d’exprimer le chaos et le désordre. Les attitudes mouvementées, les cheveux défaits et les seins dénudés sont autant de signes de désespoir.